Compagnie Théâtre en Scène | Triptyque Gagnon – 3e volet
21889
page-template-default,page,page-id-21889,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.4.1,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
TRIPTYQUE GAGNON – 3e VOLET
Steve Gagnon

Texte Steve Gagnon

Mise en scène Vincent Goethals

Chorégraphie Louise Hakim

Lumières Philippe Catalano

Environnement sonore Bernard Vallery

Scénographie Benoît Dugardyn

Costumes Dominique Louis

avec :

Lucile Charnier, Violette Chauveau, Lindsay GinepriMarion Lambert, Sébastien Amblard,Clément Goethals, Aurélien Labruyère.

Production Théâtre en Scène

Le mot de Steve Gagnon

La rencontre entre Vincent et mon œuvre est probablement l’une des plus marquantes et des plus réussies de ma (jeune) carrière.

S’il vivait au Québec, nous multiplierions les collaborations, c’est certain.

Reconnaître une filiation aussi forte entre un autre artiste et soi-même est rare. 

Et extrêmement précieux.

Il sait manier parfaitement le mélange de poésie et de quotidien au cœur de ma langue, sa vision et son travail donnent une dimension tragique incroyable à mon œuvre.

Il est clair qu’il comprend tout à fait l’enjeu entre le banal et le grandiose qui se jouent dans chacun de mes textes. Il faut rendre la poésie accessible. Il faut mordre dans la langue, porter les images à bout de bras mais rester ancré, toujours, dans le réel. Vincent le fait brillamment. 

Il a monté deux de mes textes, mais jamais nous n’avons travailler vraiment ensemble. Je rêve de vivre l’expérience de création totale avec lui, que nous partions de rien et que nous créions un spectacle côte à côte.

Je veux savoir quelles sont ses envies, ses fantasmes d’artistes, y’a t’il un univers autour duquel il a envie de travailler ? Une forme précise qu’il désire explorer? Je veux que nos têtes, nos cœurs, nos convictions et nos doutes, nos expériences s’entrechoquent, qu’on discute des heures, des jours, des semaines, qu’on rêvasse, que nous trouvions quel discours nous avons le brûlant besoin de porter. 

Je refuse que la distance nous empêche de se retrouver lui et moi autour d’un projet de création. Ça ne ferait aucun sens que nous ne puissions profiter des affinités de nos sensibilités afin de créer des spectacles magnifiques seulement parce que nous ne vivons pas dans le même pays. 

Il faut donc absolument trouver une façon de se réunir Vincent et moi. 

Tant pour En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas que pour Ventre, Vincent a réuni des équipes d’acteurs et de concepteurs formidables et dont la générosité me bouleverse. Quand j’ai assisté à une répétition de En dessous de vos corps (…) au printemps 2017, j’ai été si ému de voir l’engagement des acteurs, de ressentir leur respect, leur amour pour le texte, leur passion et leur délicatesse, je me suis senti en famille, j’ai eu envie immédiatement d’être des leurs, ces acteurs-là m’ont inspiré sur le coup.

C’est suite à mon passage à Bussang l’été dernier que j’ai proposé à Vincent de nous unir les acteurs, les concepteurs, lui et moi autour d’un tout nouveau projet. 

J’ai cette envie folle de former une petite troupe éphémère avec eux, le temps d’une création du moins. 

J’ai des idées, oui, absolument. Mais pour le moment on s’en fout. Je veux, dans un premier temps, leur laisser toute la place, les entendre, connaître leurs histoires, leurs fantasmes à eux aussi. 

Je veux que ça soit eux mon matériau de base, qu’ils soient bel et bien le centre de mon inspiration. 

Je n’aime pas trop les codes, les moules, les conventions. 

Je n’aime pas l’idée d’être contraint à un seul milieu, un seul « territoire », une seule façon de faire.

Il y a ces gens bouleversants que j’admire et que j’aime éparpillés sur la France et sur la Belgique. Et nous ferons du théâtre ensemble. Ça oui !

Steve Gagnon

Carte Blanche à Steve Gagnon / 3ème volet du triptyque

Fidèle à mon parcours artistique, et grand défenseur des écritures d’aujourd’hui, et particulièrement francophones, j’aime les compagnonnages au long cours avec les auteurs (Gaudé 3 créations, Melquiot 4 créations, Danis 2 créations, Cotton 5 créations, Fréchette 2 créations) ; aussi, ai-je décidé de faire une commande d’écriture ambitieuse au jeune écrivain québécois Steve Gagnon… ou plutôt j’ai le grand bonheur de reprendre la balle au bond qu’il nous a lancée cet été à Bussang « D’accord, écris pour nous Steve ! ». 

Auteur associé au Théâtre du Peuple de Bussang l’été 2017, sa pièce « En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas », adaptation audacieuse du « Britannicus » de Racine que j’ai mise en scène, a connu un beau succès (6314 spectateurs en 19 représentations). Ce spectacle est parti en tournée, avec Théâtre en Scène, à la Comédie de l’Est les 3, 4 et 5 octobre 2017 et on le retrouvera les 17 et 18 mai 2018 à l’Opéra Théâtre de Metz. D’autre part, « Ventre » du même Steve Gagnon a été la première création de Théâtre en Scène pour sa nouvelle implantation dans le Grand Est. Pièce forte, bouleversante et concernant toutes les générations sur la question de l’amour, de sa durée et de notre place dans la société. Elle a été extrêmement bien accueillie à Metz dans un Théâtre du Saulcy à guichet fermé (près de 300 spectateurs de tous âges) et va continuer sa route en janvier aux ATP d’Epinal, puis la saison prochaine pour une série de représentations au Rideau de Bruxelles. 

Un troisième volet est donc envisagé, en guise de « triptyque / focale sur l’écriture de Steve Gagnon », avec pour ambition de réunir la même équipe de concepteurs, ainsi que les acteurs des deux productions précédentes.

Bien sûr, nous avons des idées, mais comme le dit si bien Steve, on s’en fout !

Il a donc été décidé de prendre le temps de la gestation. 

Chaque comédien prendra le temps d’écrire une longue lettre à Steve, sur ses désirs, ses fantasmes, ses urgences. Un premier retour de ces échanges épistolaires nous permettra de prendre des orientations ; et de nouveau chacun aura à fouiller dans ses rêves et ses chimères pour faire avancer le processus d’écriture.

Et quand Steve et moi sentiront que la matière se précise, que l’on tient un sujet, un propos fort, nous laisserons Steve s’immerger dans son écriture.

Et s’entamera alors un processus que j’aime à mettre en place avec les écrivains à qui j’ai passé des commandes, à savoir un aller-retour entre les scènes écrites et leur mise à l’épreuve du plateau. Période très excitante pour toute l’équipe, qui promet d’être riche en émotion, comme des retrouvailles en écho des rôles joués dans les Gagnon 1er et 2ème volet.

Recherche de coproducteurs et stratégie de diffusion

Bien sûr, ce type de projet ambitieux (8 acteurs) nécessite de trouver des partenaires coproducteurs ou préacheteurs ; c’est pourquoi des démarches sont entamées avec le Théâtre de la Colline, une relation privilégiée existant entre le directeur Wajdi Mouawad et Vincent Goethals depuis la mise en scène de ce dernier des « Mains d’Edwige au moment de la naissance » en 2000. Et force est de constater que, de par sa langue incisive, crue et traversée de fulgurances poétiques saisissantes, Steve Gagnon est considéré à juste titre comme l’héritier ou le fils spirituel de Wajdi Mouawad. Une même démarche sera entreprise auprès d’Olivier Py ; le Festival d’Avignon, sous sa direction, réaffirmant avec force sa défense des écritures contemporaines. Ces deux lieux, mais aussi d’aucuns centres dramatiques, pourraient être intéressés par la proposition de présenter trois pièces d’un même auteur, dont une commande (démarche trop rare de nos jours).

L’année 2018, sera donc consacrée à des prises de rendez-vous avec les directeurs de théâtres en France et à l’étranger afin d’exposer l’ensemble des projets de la Cie et particulièrement ce « triptyque Gagnon », de loin le plus ambitieux, mais aussi le plus risqué !

INFORMATIONS

En recherche de coproducteurs

Diffusion spectacle

Aliénor Arnoux
06 51 01 32 72

theatreenscene.diffusion(at)gmail.com

Télécharger le dossier