Compagnie Théâtre en Scène | Ventre
21883
page-template-default,page,page-id-21883,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.4.1,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
VENTRE
Steve Gagnon

Crédit photo : Jean-Jacques Utz

Texte Steve Gagnon

Mise en scène  et scénographie Vincent Goethals

Chorégraphie Louise Hakim

Lumières Philippe Catalano

Environnement sonore Bernard Valléry

avec :

Lucile Charnier

Clément Goethals

Production Théâtre en Scène

Coproduction  Association Quai Est-B.M. Koltès

Résidence de création  La Menuiserie / TIL / Mancieulles (54)

Durée – 1h20 sans entracte

Une trahison annoncée. Un jeune couple au bord de la rupture. ELLE a commis l’irréparable. LUI est en état de choc. Mais, entre eux, la flamme demeure. Et lorsque la tristesse, les regrets, la peur et le vide se transforment en une furieuse envie de vivre, leurs deux corps deviennent une terre fertile pour planter une existence menée à grands coups d’audace, loin du confort et de la résignation.
Ventre, c’est un discours amoureux pas banal. Deux acteurs s’interpellent, s’entrechoquent, se répondent. Un tandem fou d’amour à la croisée des chemins, dont le discours cru et franc plonge le spectateur au cœur d’une réflexion sur l’infidélité, l’orgueil et l’érosion des sentiments amoureux. 
À propos de Ventre

Ventre met à nu deux jeunes adultes entiers, idéalistes, avides d’une vie pleine, d’un amour qui en vaut la peine… Ils voudraient se dresser contre tout ce qui plie l’échine, ce qui est mou, convenu et satisfait. N’est-ce pas le propre de la jeunesse que d’être animé par une telle soif d’absolu et de remettre en cause l’ordre établi ? Il serait facile de dire que oui, sauf qu’il faut beaucoup de courage pour s’opposer au rouleau compresseur de la norme et des idées reçues. Ces deux âmes jeunes et ébranlées cherchent moins du sens qu’un sens du sacré. Une envie à laquelle font écho des tirades aux envolées poétiques qui se déploient par moments  et qui tranchent avec le ton plus quotidien de leur joute verbale aussi volatile que de la nitroglycérine. C’est ce qui fait la force et la singularité de ce texte enflammé. 

Steve Gagnon signe ici un manifeste contre le cynisme et la morosité ambiante. Il lance un cri qui porte.

Du genre qui ne laisse pas la conscience tranquille.

Lui : Cette nuit, le ciel, le noir, le froid, tout ce qui tient au-dessus de nous a été solidaire. Mais ce matin je te redonne mon corps. Pis dans deux minutes, parce qu’on vient de faire l’amour, même si dix mille personnes se sont abandonnées, même si la terre entière a baissé les bras, parce que nous on vient de faire l’amour, le soleil, il aura pas le choix de se lever.

Extrait de la pièce de Steve Gagnon / Editions de L’instant même

Crédit photos : Jean-Jacques Utz

INFORMATIONS

Ventre a été joué

Mercredi 15 et jeudi 16 novembre 2017 / 20h / Espace BMK Interbiennale Koltès – Metz

Jeudi 18 janvier 2018 / 20h30 / Auditorium de la Louvière – Epinal ATP Vosges

Infos et réservations

Disponible en tournée en 2019-2020