Compagnie Théâtre en Scène | William’s Slam
21878
page-template-default,page,page-id-21878,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.4.1,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
WILLIAM’S SLAM
Marie-Claire Utz
Agathe slame. Pour elle, les mots, c’est cadeau ! Elle a découvert la puissance du théâtre quand elle était petite : elle qui était plutôt du genre invisible s’est retrouvée sur scène devant d’autres enfants et leurs parents. Et pour la première fois, elle a eu l’impression d’exister. Aujourd’hui, elle veut «aller au bout de son trip» car elle sent qu’elle a la vocation. Alors elle surfe sur Internet et tombe sur un blog « déjanté » : celui de Desdémone qui propose des cours pas trop chers et qui «en a fait grave, du théâtre ».Tout les sépare. Pourtant le courant passe rapidement entre les deux femmes à travers la découverte de l’oeuvre du grand William. Car pour Agathe, c’est le choc : « Shakespeare, c’est d’la bombe ! ». William’s slam, c’est la rencontre de deux générations, de deux cultures, de deux parcours de vie…

Mise en scène – Vincent Goethals

Avec Angèle Baux Godard, Marie Claire Utz

Spectacle tout public – Création 2016

Production Théâtre en Scène

Crédit photo : Jean-Jaques Utz

Notes d’intentions

Mettre en scène des « leçons de théâtre » pose au metteur en scène la question de la théâtralité et de l’espace. En effet, comment ne pas fatiguer le spectateur par un face à face récurrent, certes passionnant dans l’évolution du rapport entre les deux femmes en jeu et les progrès constatés de la jeune fille dans sa pratique théâtrale, mais un peu plat esthétiquement… J’ai donc choisi le jeu « face public » : deux espaces séparés, très représentatifs de chaque personnalité (le fauteuil roulant et la bibliothèque de livres usés pour la professeure, et la penderie pleine d’habits colorés à l’aune de la chambre de nos adolescentes). Parti-pris radical qui permet au public de pouvoir goûter pleinement à toutes les nuances du jeu des actrices ; et choisir à l’envi de regarder celle qui parle ou au contraire de déceler la moindre réaction de celle qui écoute. D’autre part cette radicalité d’isoler ces deux solitudes blessées permet de faire un « évènement » de la dernière et seule rencontre physique, ce joli moment où l’on brise le code pour laisser la place à l’émotion face aux gestes de tendresse échangés pudiquement par les deux femmes, laissant les paroles de la dernière chanson de Keny Arkana chantées à deux nous toucher le cœur et l’âme.

Vincent Goethals

Personnages

Agathe, jeune fille fan de slam

Desdémone, professeure de théâtre.

Une première version de Willam’s slam a été créée le 3 décembre 2015 lors des Hivernales à Bussang. 

La pièce fait référence à l’univers shakespearien, plus particulièment aux pièces Hamlet, Othello, Roméo et Juliette, Richard III et Comme il vous plaira.

Messire Shakespeare, depuis que je suis embarquée sur votre cargo des mots, je vogue sur les vagues du bien-dire, je nage dans les délices du langage. Vos mots-écrins comme des cris sont inscrits dans mon crâne-écran. De ces mots et merveilles, j’ai fait le plein et délié vos mots-saphir et savants, vos mots-lyre et délirants, vos mots-soupirs si inspirants. Vos mots-myrrhe, obsédants. Messire Shakespeare, avec vous, partir, s’étourdir, s’enrichir, réfléchir, de peur pâlir, sourire, s’assombrir, souffrir, frémir, se souvenir, tressaillir, se réjouir, Messire Shakespeare, c’est tellement trop de plaisir. Avec vous, Monsieur Shakespeare, ça déchire ! AGATHE

Crédit photo : Jean-Jaques Utz

Notes de l’auteure

Ecrire une pièce courte autour et avec Shakespeare. Une sorte de défi que m’a proposé de relever Vincent Goethals. Une première, pour moi.

Une invitation aussi à faire une incursion dans le monde shakespearien qui sera celui des estivales 2016.

Ecrire pour deux personnages féminins. Leur trouver un univers. Une raison de se rencontrer. D’échanger. De se confronter. De se trouver.

Pour cela se replonger dans l’œuvre de Shakespeare. Lire et relire. En redécouvrir toute la poésie, la magie, la folie. S’en nourrir. Choisir de mettre en lumière Juliette, Rosalinde, Desdémone, Ophélie et même Gloucester.

Tomber sur une réplique de Roméo et la décliner en slam. La clé. Qui allait m’ouvrir toutes sortes de portes. Je mettrais donc face à face une professeure de théâtre et une jeune de banlieue, toutes deux amoureuses des mots. A leur façon.

Me laisser mener par mes personnages, chacun à leur façon et dans leur univers propre, avant que d’être emportée par eux qui m’ont dicté leur vie et leurs envies. Leur histoire.

Deux personnages forts qui m’ont permis de faire une bien belle traversée, riche en émotions, en surprises et en découvertes. 

«Shakespeare, ça déchire», nous dit la jeune Agathe. J’ose espérer que son bel enthousiasme donnera vraiment l’envie, à tous ceux qui verront Williams’Slam, de se replonger dans le grand Will ! Sans modération !!

Marie Claire Utz

Marie Claire Utz

Marie Claire Utz a enseigné le français dans divers collèges de Lorraine. Elle a participé à de très nombreux ateliers d’écriture et en a également encadré. Elle a réalisé en 2015 l’adaptation de Un d’eux nommé Jean pour lesHivernales 2014 de Bussang, texte publié chez Lansman dans le cadre de la préparation de l’été 2015 au Théâtre du Peuple à Bussang. Elle a également participé à plusieurs spectacles mis en scène à Bussang par Pierre Guillois, Pierre Terzian, Claire Dancoisne et Vincent Goethals.

Extrait

Professeur : Habillée en garçon, aujourd’hui ? Qui êtes-vous donc, Miss ? Vous m’intriguez.

Agathe : J’ai kiffé grave Rosalinde. Je veux la jouer !

Professeur : Rosalinde ?

Agathe : Oui, la Rosalinde de Comme il vous plaira. Je vous explique. Vous allez piger tout de suite. Voilà : c’est quand la go va se déguiser en mec, pour se casser à cause du duc Frédéric qui la chasse, et retrouver son daron qui se cache dans la forêt des Ardennes, parce que le duc l’a proscrit, c’est le bon mot, non ?

Professeur : Oubliés, déjà, Juliette et son Roméo ? On ne va tout de même pas sauter du coq à l’âne à chaque séance ! Un peu de constance, Miss. Un personnage, ça se travaille. Il y a tout un chemin à parcourir… Des efforts à fournir. Et puis, croyez-vous que ce soit à vous de décider du programme ?

Agathe : Aujourd’hui, oui. 

Professeur : Agathe, la décideuse! Bon, vous avez de la chance. Je suis d’excellente humeur, today. On essaiera de revenir vers Juliette un peu plus tard… quand vous aurez appris le texte ! Et le film de Luhrmann, je suppose que…

Agathe : C’est parce que j’ai vu le film, que j’ai plus du tout eu envie de jouer Juliette. Je l’ai trouvée trop fadasse. En plus, y se la pète, votre Baz Luhrmann ! Y veut faire djeuns. Son film, c’est qu’une série de clips tout pourris. A part la scène dans la piscine… Ça, ça tue, tout le reste c’est de la daube ! C’est du toc. Même DiCaprio.

Professeur : Well done !… Bravo ! Un point pour vous.

Conditions techniques

Durée du spectacle : 1 h10

Petite forme pouvant être présentée sur un plateau de théâtre ou dans une salle de classe, une médiathèque, une salle des fêtes, un foyer rural…

Espace scénique minimum de 5m largeur / 5m profondeur / 2,80m hauteur

Montage 4 heures

Fiche technique détaillée sur demande.

INFORMATIONS

William’s Slam

Du …n

Infos et réservations

Spectacle disponible en tournée

Diffusion spectacle

Aliénor Arnoux
06 51 01 32 72

theatreenscene.diffusion(at)gmail.com

Télécharger le dossier